Intellectuelle révolution

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic

Nous convergeons

Nous déclamons

Ces intonations

Serment de la cataracte nous te condamnons

Et réclamons

Le contraire d’une Europe vouée à la décimation

Une terre délivrée et composée pour une autre nation

A laquelle nous appelons

Sans la moindre hésitation

Vers laquelle nous convergeons

Pour laquelle nous décidons

Aujourd’hui nous déclamons

Ce manifeste

De notre France nous ne sommes le pygmalion

Ni de gauche, ni de droite nous nous réclamons

Une France nouvelle nous exigeons

Intellectuelle révolution

Contre le sang versé le glaive de la raison

La science libérée des affres des religions

Nous sommes force de propositions

Force d’expression

De l’abattement à l’affliction

Nous avons fait ablation

Nous mettons en application

L’hédonisme qui deviendra légion

Une fois tombée toute appréhension

Pour délivrer toute appréciation

Ce manifeste

Comme une apposition

Nous ne sommes hommes de charreton

De cette Europe nous ne sommes le chevron

Mais de notre France nous nous réclamons

Aucune confiscation nous ne concédons

Conscients de notre évolution

Intellectuelle révolution

Nous nous affirmons

Et nous nous consacrons

Dans toutes nos organisations

Nous perdurons notre coordination

Contre nous l’obscurité et l’abandon

Avec nous la lumière et l’horizon

 

HssH (09.2013)

habacus hordes
habacus hordes

Psychostasie du scribe

Affabulation libre

Libre à moi de sentir le parfum de la chair porcine

Cet art culinaire que tu refuses pour ta doctrine

Je ne plonge pas en rivière avec tous mes habits

Et ne crains ni trichinose ni ladrerie

Libre à toi de choisir une toute autre symbolique

Je m'épanouis dans le lit des plaisirs

Hérodote je n'ai nul besoin de servir

La capacité du porc est d'engloutir

Celle de l'hédoniste de s'accomplir

Libre à toi de choisir une toute autre dynamique

Je suis homme initié

Au sacrifice médiéval, égyptien ou celtique

Dans les bestiaires ou les écrits bibliques

Ce pied fourchu ou pourceau couché

Aux pieds du cénobite

Ou dans une marmite

Cochon symbole de la luxure

Lardons et petits oignons plutôt que parjure

D'Aristophane à la potée lorraine

En pain d'épice dans les fêtes foraines

Des Antonites à la palette

Dans les ravins ou dans les assiettes

Il fut jadis offert à la lune

Autre déclinaison mais encore une

Pour les récoltes symbole de fertilité

Au royaume des morts le séjour de la Koré

Galant qui brandit le symbole de la pureté

Que de variantes pour me rassasier

Libre à toi de choisir une toute autre sémantique

 

HssH (09.2013)

 

habacus hordes

Un Babouin hamadryas dans la psychostasie

Un enfant tresaillit, dans ses mains une boîte de fruits confits

Dans sa lecture  l'innocence se perdit

A l'âge de douze ans et demi il comprit

Bandits de grand chemin,  Hercule de cercopes assailli

Dans son sommeil les attacha sur son dos

Les vendit au marché, devint un héros

Mais convaincu de les relâcher

N'avait pas encore perdu naïveté

Faiseur de tours et baladin

Caractéristique de l'homo sapiens sapiens

Sous l'apparence du bouffon, fripon divin 

Prestidigitateur ou magicien

Ancêtre primordial chez les Tibetains

Notre ancêtre à tous, patrimoine commun

Devant l'exigence et contre le destin

L'état adulte montre le chemin

Contre la faiblesse d'esprit de tout un chacun

Image de l'asservissement aux instincts

Symbole réduit en cendres devant l'être humain

Qui organise raison et impose le vaccin

Contre l'impudeur des hermétistes

Contre les fantaisies des créationnistes

Un singe assis qui interroge Darwin

Isis enchaîné comme une victime

Je restais tout à coup immobile

C'est à  douze ans et demi que j'écris subtil

Plonge à quinze ans dans l'origine des espèces

Plus tard j'avortais mes faiblesses

Je devins homme, certes je le confesse

Sans la moindre paresse

J'ai laissé croyances et la mère abbesse

 

HssH (09.2013)

 

 

 

 

 

Masque z00morphe

Père initiateur

Et tombeau des hommes sur le Lupercal

Des enfers pourvoyeur

Tu es sujet à l'occupation territoriale

Comme Salomon Reinach te définissait initiateur

Tu es carnassier dévorateur

Conscient de la maîtrise temporaire de ton espace vital

Tu es ce témoignage pariétal

 

La  lumière sortie de l'ombre te fit destructeur

Symbole bivalent, géniteur et fondateur

Qui voit la nuit et représente la lumière

Dans un conte de Phlegon montre une chimère

Fondateur de dynastie, de cité capitale

Luperque dans le Moyen Age occidental

 

Sujet à la lycanthropie cérébrale

Le mâle est décrit comme l'animal

Cruel et rusé

L'acte sexuel est présenté

Petit chaperon tu seras mangé

Mais la femelle symbolisée

 

Monture pour ces femmes en quête de sabbat

Gardien du gué, passeur dans les fables initiatiques

Analogies du dieu Thor dans la légende germanique

Voleur d'ambroisie, image du mâle brutal

Guettant sa proie au destin fatal

Ta gueule est la porte du monde infernal

L'oracle des morts identifie l'animal

A travers toi l'Homme a porté

A travers toi l'Homme a transposé

Et toute sa crainte a généré

 

Ton nom les prostituées romaines le portaient

Sexualité de la bête elles assumaient

Lycanthrope des Alpes tu apparais

Maintenant pour ce que tu es

 

HssH (10.2013)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

habacus hordes

La marche du Halphas

Encore une occasion d'exprimer ce que les éditeurs ne publient plus

La renaissance des idées dans son verre d'eau s'est dissolue

La marche du Halphas sous les fenêtres résonne et tu frissonnes

Comme Gavroche entre les balles qui sifflent tu fredonnes

Le Haagenti de la Finance enseigne l'art de fabriquer l'or

Mais cette réalité tu ne l'approches pas du dehors

Oiseau migrateur, tu illustres vas-et-vient extra-conjugaux

Bientôt tu t'apprêtes pour un nouveau berceau

Emprunt de lectures et d'empathie envers tes congénères

Tu n'es ni lutin ni cerbère

Homa tu voles haut  et manges les ossements abandonnés

Il te faut peu pour te rassasier

Pour ne pas priver de leur nourriture les autres animaux

Tu te distingues du hibou comme du corbeau

Ta dignité t'honore tu le sais et tu fredonnes

C'est bientôt le temps que l'heure sonne

Mais la Huppe jamais ne t'indique la source

Seul tu étanches ta soif et remplis ta bourse

Tu n'es pas symbole de couardise et de lâcheté

Et comme  toujours tu confrontes les financiers

Et comme par amour tu joues les flibustiers

Mais ces jeux laissent un goût de futilité

Ne durent qu'un temps et déja les cris de bébé

Qui résonnent, il frissonne et puis fredonne

Pour l'heure du biberon le réveil sonne

La porte de ton envol et de ta liberté s'est refermée

Oh combien même tu voudrais me l'affirmer

Je sais que je ne pourrais t'en parler

Sans risquer de te fâcher

Maintenant il te faut plus pour te rassasier

Ce nouveau berceau tu l'as acheté

Tu ne manges plus les ossements abandonnés

C'est bien normal tu as changé

 

HssH (12.2013)

 

 

 

 

 

 

 

habacus hordes

Re'em [=l'Homme]

Point de cet  écrit pour divertir et qui donne matière à sourir

De farouches sirrouchous sur les murs du portique qui voudraient instruire

L'Homme qui concrétise se détourne de cette ligne de mire

Plus grand est son empire

Plus diverse est sa lyre

Plus fougueux que Sleipnir

Il transmet ce qui le distingue de l'autre

Il transforme son environnement en autre

La culture est le processus qui opère l'alchimie

Dans le règne du vivant avec la plus grande boulimie

Lien indissoluble de l'identité biologique

Avec l'identité culturelle

En dépît de toutes les évolutions technologiques

Et malgré sa célérité créatrice et bénéfique

Dans le règne animal

Il est cet animal

Qui puise toujours ses racines génétiques

Son regard est le tien si tu comprends

Sa pensée est la tienne si tu apprends

Sa vivacité sur le plan symbolique

Ne fait pas de lui ce qu'affirme le biblique

Il n'est pas le fruit d'un jeu d'écritures théologiques

Il n'est pas le raisin d'une oeuvre dogmatique

Il est au chemin d'un avant et d'un après spécifique

Dans l'unité du vivant dont il ne peut s'extraire

Ni Re'em ni Jukhneh, sa plume ne peut le convoquer

Ni cercope ni Simorgh, il n'est ni eau ni vent ni air ni terre

Il est autre conjugé à d'autres entités

Il est un peu de toi ou de moi fruit de la phylogenèse

Chacun de nous dans son ontogenèse

 

HssH (04.2014)

 

 

 

 

 

 

 

habacus hordes